Le sens du Réel

Diaghilev, un pont artistique entre la France et la Russie

de Jean-Bernard CAHOURS d'ASPRY

On ne répètera jamais assez le rôle de Diaghilev dans l'évolution des Beaux-Arts au XXe siècle, non seulement dans l'art du ballet mais dans toutes les formes culturelles et artistiques. Bénéficiant de l'enthousiasme que suscitait en France l'alliance franco-russe, il avait eut pour dessein de faire découvrir aux parisiens l'art de son pays, par une exposition consacrée à « Deux siècles d'art russe » au Salon d'Automne de 1906 et l'année suivante une série de « Sept concerts historiques russes », suivie en mai 1908, pour la première fois hors de Russie, de l'opéra Boris Godounov de Modeste Moussorgsky. 

Ce n'est qu'au cours de sa quatrième Saison Russe qu'il paracheva son œuvre, par une première saison de spectacles chorégraphiques. Leur succès ayant dépassé toutes les espérances, il dut désormais, pendant vingt ans, revenir à Paris chaque année avec le printemps, pour présenter de nouvelles chorégraphies alternées à des opéras, qu'il fit connaître à Monte-Carlo puis à tout l'Occident. Il innovait en utilisant des peintres de chevalet comme décorateurs, des danseurs masculins, parmi lesquelles brillèrent Fokine, Lifar, Dolin, et surtout Nijinsky. A côté d'eux rayonnèrent Karsavina, Rubinstein, Nijinska, et tant d'autres étoiles. 

Diaghilev et ses Saisons russes, redonnèrent au public parisien le goût de l'art chorégraphique pour lui-même, en renouvelant la formule tout en restant fidèle à la vieille tradition française apportée en Russie en 1738 par Jean-Baptiste Landet, Jules Perrot, Arthur Saint-Léon et Marius Petipa. Ce qui dans les Ballets russes renouvelait la formule, c'était la mise en vedette d'étoiles masculines comme Fokine, Nijinsky, Bolm, Massine, Dolin, Balanchine, Lifar, mais aussi et surtout la place donnée à la décoration et à l'action. 

Vingt ans après avoir fait appel à des musiciens russes, (Tcherepnine, Stravinsky, Prokofiev), il commanda des œuvres à des français, (Ravel, Debussy, Fauré, Auric, Poulenc, Sauguet), italiens, (Rieti) espagnols (Falla), allemands (Strauss). 

 

A propos de l'auteur :

- Les Origines légendaires des lis de France, Préface de Jean-Claude Cuin, A.E.D.C.T, Paris, 1975.

- Déodat de Séverac musicien de la lumière, Zodiaque, la Pierre qui vire, 1998.

- De Carmen à Mompou, un siècle de rencontres musicales françaises et espagnoles, F.D.S., Paris 1988.

- Henri Sauguet, itinéraire parisien, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, Paris, 1990.

- Déodat de Séverac et la bande à Picasso, Musée de Montmartre, Paris 1991.

- Hommage à Louis Bausil, 1876+1945, Conflent, Prades, 1994.

- Serge de Diaghilev et la Grande Saison russe de Paris, F.D.S., Paris 1995.

- Déodat de Séverac et la chanson populaire, de l'Espagne à la Russie, M.A.L.1997.

- Des fleurs de lis et des armes de France, histoire, légende et symbolisme, Atlantica, Biarritz, 1999.

- Hommage à Boris Kochno (1904-1990), en collaboration avec Hélène Rochefort-Parisy ; Comité Français de la Danse, n° 12.

- Musiciens au Pays Basque, du Moyen-âge au XXe siècle, Atlantica, Biarritz 2000.

- Joseph Canteloube (1897-1957), Chantre d'Auvergne et d'ailleurs, collection Carré musique n°2, Séguier, Biarritz 2000.

- Du blason des chevaliers aux marques de fabrique, Atlantica, Biarritz, 2000.

- Déodat de Séverac (1872-1921) musicien du soleil méditerranéen, collection Carré musique, n° 9, Séguier, Anglet, 2001.

- La Vigne et le vin, histoire, légende et symbolisme, Atlantica, 2006.

- Frédéric Mistral et Déodat de Séverac, le Félibrige et la Musique (Gounod, Bizet, d'Indy, Canteloube, Emmanuel, etc., du chant populaire à la musique savante, Préface de Jean Fourié, majoral du Félibrige, président d'honneur des Amis de la langue d'Oc, Le Monde de l'Art et des Lettres, N° spécial, Cahier N° 2 ; nouvelle édition, revue et augmentée, 2009.

- Perpignan au Temps des Bausil, Catalogue de l'exposition, du 31 mars au 31 mai 2006, Couvent des Minimes, Perpignan. Ville de Perpignan et Généralitat de Catalunya.

- Déodat et ses amis de Catalogne, édit. Le Monde de l'Art et des Lettres, 2007.

- Saint-Pétersbourg, capitale culturelle et spirituelle, préface du prince Paul Mourousy, Editions Apopsix, 2015.

 Et de nombreux préfaces et articles dans Narthex, Le Cœur du Moulin, l'Union-documents, Le Monde de l'Art et des Lettres, Conflent, Ecouter-Voir, Art actualité Magazine, Univers des Arts, Atlantica, Le Journal de Biarritz, Danse Light, Bulletin de la Presse Musicale Internationale, Musical press.org, La Saison Russe, Les Cahiers de Francis Poulenc, Couleurs Lauragais, CultureMag, Alliance France Europe Russie, etc. producteur de l'Emission « le Florilège des Arts » à Radio Courtoisie.

 

Diaghilev, un pont artistique entre la France et la Russie
23.00 €

Informations complémentaires :

Nb de pages : 556

Dimensions : 148/210

ISBN : 978-2-35979-111-2

Sortie : 2016-05-01

Frais de port :Gratuit