Le sens du Réel

La face cachée de la révolution tunisienne

de Mezri HADDAD

De la lecture de ce livre, se dégage une odeur nauséabonde de la « révolution du jasmin ». Et si cette révolution n'aurait été qu'une vaste escroquerie politico-médiatique, et le « printemps arabe », qu'un remake du Grand Moyen-Orient cher aux néoconservateurs américains ? Avec une analyse argumentée, l'auteur réfute la spontanéité de cette révolution dont l'effet domino sur l'Egypte, la Libye, le Yémen et la Syrie a été si rapide qu'il suscite nombreuses interrogations. La révolte sociale a été déguisée. L'auteur accuse l'Administration américaine d'en être la principale instigatrice. La machination contre la Tunisie au nom de la démocratie, relève d'un plan stratégique américain qui a été établi dès l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche et qui devait servir un plan géopolitique beaucoup plus vaste. Grâce à cette brèche ouverte par une révolution à laquelle ils n'auraient pas pris part, les mouvements islamistes sont revenus en force alors que leur influence était en décrue. Non sans audace intellectuelle et courage politique, Mezri Haddad est le premier auteur à rompre le mur du silence en révélant la face cachée de la « révolution 2.0 ». Plus troublant et plus grave encore, il dresse la liste des différentes ONG-écran, toutes tributaires de la CIA, qui ont formaté et manipulé un certain nombre d'inter- nautes tunisiens. L'auteur tire la sonnette d'alarme sur un monde arabe plus que jamais fragilisé et exposé aux appétits boulimiques des « néo-colonialistes », avec leur cheval de Troie : l'Etat du Qatar, qui voit dans ce change- ment géopolitique, l'opportunité d'imposer son idéologie wahhabite, et non ce printemps démocratique que les peuples arabes attendent depuis des décades. Livre pré- curseur et visionnaire ? Seule l'histoire pourra en juger.                   

 

 

A propos de l'auteur :

 

Au début de sa carrière en France, Mezri Haddad a été chercheur au CNRS, d'abord au Centre de recherche sur la Pensée Antique (grecque), ensuite au Centre d'Histoire des sciences et des philosophies arabes et médiévales, un laboratoire dirigé par le Professeur Roschdi Rasched. Il a enseigné la philosophie du droit à Paris II-Assas, puis l'histoire du monde arabe à Paris7-Denis Diderot. Il a été aussi chargé de conférences à HEC (Paris), pour un séminaire de civilisations comparées. Avant sa nomination à l'UNESCO, l'auteur a été très impliqué dans le dialogue des religions et des civilisations. Il a été également co-directeur du centre de géopolitique chypriote, Daedalos Institute of Geopolitics. De 1988 à 1991, il a été correspondant permanent de Réalités en France, puis chroniqueur au sein de la même revue d'où il démissionne en août 1991, sans pour autant abandonner le journalisme. Il écrit désormais dans le quotidien français Libération des articles très critiques contre le régime, ce qui le condamne à l'exil politique. Après onze années d'exil, il décide de rompre ses relations avec l'opposition et rentre en Tunisie en avril 2000, deux jours avant le décès de Bourguiba. Indépendant, critique à l'égard du RCD, il entame alors une nouvelle expérience politique au sein d'un régime qu'il croit pouvoir réformer de l'intérieur.


 

La face cachée de la révolution tunisienne
19.00 €

Informations complémentaires :

ISBN : 978-2-35979-047-4

Sortie : 2011-11-06

Frais de port :Gratuit