Le sens du Réel

Les châteaux nazis, le pouvoir des femmes

de Christian BORROMEE

Un correspondant de guerre italien est autorisé à mener une enquête sur les châteaux, où son détenues, pour une durée déterminée, les plus avenantes des prisonnières condamnées pour activités anti allemandes.  Les prisonnières doivent servir en tout les invités et sont sujettes à des châtiments corporels, surveillés par des infirmières qui interdisent tout excès, ce que ne veulent en aucun cas les officiers venus du front. Des nazis veulent en faire une vitrine.

Il interroge les directrices, les gardiennes chefs, les infirmières et les gardiennes et, avec l'autorisation des directrices, certaines prisonnières. Il imagine d'abord l'infirmière comme le deus ex machina des châteaux, influençant les punitions pour en jouir, avant de les arrêter.  Il comprend mal le rôle de la directrice qui ne participe à aucune séance avec les filles, pour ne pas gêner les invités. Est-ce alors la gardienne chef qui dirige les châteaux ?

Il découvre l'entraînement collectif à la violence, quand les invités sont réunis, et, par contraste, l'espèce d'égalité qui se retrouve entre un homme et une femme, dans les chambres où des invités ont demandé à faire monter une « pensionnaire » du château pour la nuit. Des biscuits et du vin du Rhin bien frais peuvent changer toutes choses dans les chambres, où, dans certains châteaux, les filles sont en peignoir.

Il s'interroge sur le goût généralisé pour les corrections sur le fessier, tant chez les hommes que chez les femmes. Puis il prend conscience que cet univers de femmes, astreintes à demeurer ensemble, forme un ensemble, où le pouvoir apparent ne correspond pas toujours au pouvoir réel. La nuit, il lui apparait que les châteaux appartiennent aux prisonnières.

Les hommes représentent un essaim venu butiner, mais sont dépourvus de tout pouvoir réel. Ils demeurent des invités. La complexité de cet univers de femmes lui échappe. L'un de ses derniers entretiens avec une prisonnière lui ouvrira un autre aspect de cette fausse vitrine, masque sans consistance de l'hypocrisie nazie.

Il finira lui-même par une expérience personnelle. 

 

 

Les châteaux nazis, le pouvoir des femmes
16.00 €

Informations complémentaires :

Nb de pages : 188

Dimensions : 115/210

ISBN : 978-2-35979-152-5

Sortie : 2017-12-08

Frais de port : 4.00 €