Le sens du Réel

Rome hier, France demain - l'inéluctable chute

de Christian BORROMEE

De 47 à 37 av. J-C, tous les éléments de la décadence romaine se mettent en place. C'est la dégradation des mœurs par les orgies sanglantes, qui deviennent publiques, la répudiation unilatérale qui se généralise, et la disparition de la confarréation, le mariage indissoluble de Rome. C'est la programmation de la fin de la famille romaine, par l'augmentation des droits de succession, par les impôts sur les biens des familles et la hausse des taxes sur les habitations familiales. L'exemption d'impôts pour les familles de trois enfants disparaît à Rome. Or, nous venons de voir, en 2014 en France, disparaître l'avantage familial sur les retraites des parents ayant eu trois enfants. La similitude du chiffre de trois enfants est inouïe, à vingt-et-un siècles d'intervalle. Ce n'est pas la seule.

Des taxes sur le travail ruinent les entreprises. L'endettement public n'a plus de limite. Enfin, Rome sort de la République, avec César Consul à vie, et dictateur de fait. Après le meurtre de César, Cicéron paiera de sa vie ses Philippiques. Dans ce cri sublime, unique dans l'histoire de l'humanité, il appelle Rome au sursaut pour rétablir la République représentative, où le peuple élit ses représentants, les Sénateurs, qui élisent les Consuls, le pouvoir exécutif, pour un an. Or, la France est sortie de la République représentative en 1965, pour entrer dans l'ère de la République césarienne. La décadence nous rattrape sur tous les fronts. Les éléments de base de la destruction d'un pays sont toujours les mêmes. Notre République césarienne, qui a abattu la famille et étranglé le travail, arrive à sa fin. Notre crise de régime trouve sa correspondance, à Rome, dans l'assassinat des Empereurs incapables, mais nantis de tous les pouvoirs. Tacite l'avait prédit : « La République n'est pas assurée, si les pouvoirs sont réunis en un seul. » La merveilleuse histoire de Julius et de Maria s'entremêle à ces faits et les illustre... 

 

Préface de Marc-Laurent TURPIN

 

A propos de l'auteur :

Christian Borromée a effectué une carrière de quarante et un ans dans l'industrie. Il a terminé comme directeur de l'audit interne auprès du président de Péchiney. Il connaît le poids de la précision et du refus de l'à peu près. Christian Borromée est membre de la Société d'Economie Politique. Après 41 ans d'industrie, il a étudié pendant de longues années la période du Grand Schisme d'Occident. Il a publié Le procès de Jean XXIII - Dix semaines qui ébranlèrent l'Eglise, qui reprend l'histoire fascinante du pape Jean XXIII, qui occupera la papauté pendant cinq ans (1410-1415) au temps des trois papes ; Berlin 1943-1945 - Une française sous les bombes un grand récit poignant sur une française qui traverse la guerre en commençant par les camps de SS. Puis, Moi Marie-Antoinette de Habsbourg Lorraine, une introspection sur la reine. Il a publié aux Editions Apopsix "Qui était vraiment Jehane la pucelle ?" ; "Abdication de Benoit XVI, demain un schisme est-il possible dans l'Eglise ?" ; "Johannesburg" ; "Les requins n'aiment pas le gingembre".

Rome hier, France demain - l'inéluctable chute
19.00 €

Informations complémentaires :

Nb de pages : 380

Dimensions : 148/210

ISBN : 978-2-35979-089-4

Sortie : 2014-06-25

Frais de port : 2.00 €